Partir en vacances avec le CCGPF

Les vacances : une priorité

Colonie - L' Etelley - Samoëns / France;Alors qu’un enfant sur trois ne part jamais en vacances, le CCGPF a favorisé, en 2016, le départ de près de 15 000 jeunes de 4 à 17 ans.

Avec 10 millions d’euros, le budget de l’enfance/jeunesse représente le premier poste de dépenses du CCGPF. Ces deux chiffres traduisent l’engagement en faveur des plus jeunes, mené par le CCE depuis 1986.

Instant pour se reposer, se détendre, se retrouver, découvrir un sport, une activité culturelle ou un pays, les vacances représentent comme l’indique notre projet éducatif : “un moment privilégié d’enrichissement et d’épanouissement”. À l’inverse, en être privé s’apparente à une mise à l’écart et à une marginalisation qui ont des conséquences sur le développement des jeunes.

Les vacances : une démarche humaniste

L’organisation et le contenu des séjours reposent sur un projet éducatif. Ce document, obligatoire, définit les valeurs et les orientations autour desquelles s’articule son action.

Le projet éducatif du CCGPF s’appuie sur les valeurs de tolérance, d’humanisme et de paix, propres aux mouvements social et syndical.
Nous nous situons à l’opposé d’une démarche consumériste qui se donne pour objectif de mettre sur pied des stages intensifs réservés à une élite.
Comme il l’indique : « Sera combattue la théorie selon laquelle il y aurait des enfants doués et les autres. À l’inverse sera favorisé l’accès à tous aux différentes composantes de la culture et dans les formes adaptées pour que plaisir et joie se mêlent à l’effort et au progrès. »

Un thème pédagogique

C’est aussi la raison pour laquelle le CCGPF propose chaque année un thème pédagogique qui sert de fil conducteur aux animations. “Devenir citoyen du monde ensemble c’est possible” est le thème retenu pour l’année 2017.

Dans une société de plus en plus morcelée où les différences de culture, de sexe, de handicap se traduisent par une exclusion il nous a semblé nécessaire de faire nôtre ce slogan du MRAP : “Tous pas pareils mais tous égaux”. La déclinaison de ce thème s’est aussi traduite par la création d’un jeu de cartes qui sera diffusé auprès des jeunes qui partent avec le CCGPF. Le thème y est abordé à travers des jeux, des illustrations…

Conditions d’inscriptions

Depuis 1986, le Comité central du Groupe public ferroviaire s’est substitué aux Services sociaux de la SNCF pour l’organisation des centres de vacances. Selon les accords de transfert, il a été prévu de maintenir la gratuité du transport ferroviaire en faveur des enfants et de leurs accompagnateurs pour les centres de vacances. Près de 30 années se sont écoulées depuis la signature de ces accords.
Dans le même temps, la constitution des familles cheminotes a évolué. Les ménages recomposés ont augmenté mais la notion d’“ayant droit” a peu évolué. Selon la SNCF, est considéré ayant droit l’enfant appartenant à la famille de l’agent et bénéficiant de facilités de circulation (FC) par son intermédiaire. Ainsi, seuls les enfants bénéficiaires des FC peuvent prétendre aux séjours organisés par le CCGPF. Ni les CE, ni le CCGPF ne sont habilités à accorder une dérogation à cette règle.
Il revient à l’agent de contacter son agence famille. Accepter le séjour d’un enfant non titulaire des FC reviendrait à le faire voyager sans contrat de transport. Les responsabilités de l’agent et du CE seraient engagées. Une copie de la carte de circulation (ou des permis du contingent annuel) des enfants est exigée à l’inscription.
Pour les séjours à l’étranger utilisant le train (Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Espagne, Portugal, Pays-Bas, Italie), la règle des inscriptions est identique mais il est impératif de fournir une copie de la carte FIP à l’inscription.
Cette carte est délivrée par l’agence famille SNCF selon les droits ouverts.
Le CCGPF  a bien conscience de l’évolution des familles cheminotes. Sous un même toit, peuvent vivre des enfants dont le statut d’ayant droit de la SNCF diffère. Nous ne pouvons que regretter que tous n’aient pas accès à nos prestations.